Le One-Pot-Pasta n’est pas (du tout) une recette italienne.

Longtemps, j’ai fait semblant d’ignorer le phénomène. Je me suis dit que la mode allait passer et que vous alliez tous progressivement revenir à la raison. Mais il va falloir que je me rende à l’évidence, la tendance du «one-pot-pasta» ne faiblit pas; au contraire, pire, elle s’amplifie! Ce qui m’amène à conclure deux choses: soit vous êtes tous complètement tombés sur la tête, soit on vous drogue. J’espère qu’on vous drogue.

Capture d'écran du site marthastewart.com

Vraiment, j’ai cru à une plaisanterie. J’aurais pu parfaitement continuer à l’ignorer. Puis vous êtes venus la gueule enfarinée m’expliquer que le«one-pot-pasta», des pâtes bazardées dans l’eau froide avec toutes sortes d’autres trucs, cuites sur le feu pendant vingt, trente, quarante-cinq minutes, c’était génial et qu’en plus ça venait des Pouilles…

Des Pouilles.

De la plus belle région d’Italie.

DE CHEZ MOI.

Donc je résume: une Américaine nommée Martha et sortie de nulle part répète à qui veut bien l’entendre qu’elle a fait la découverte du siècle avec le «one-pot-pasta» en s’inspirant des recettes du sud de l’Italie. Et vous, parce que ça vient d’Amérique, parce que ça porte un nom stylish, parce que c’est la nouvelle tendance à New York, paf! vous vous êtes jetés dessus comme la vérole sur le bas clergé et vous avez décrété que c’était une révolution.

Foutre brutalement les pâtes crues avec des ingrédients crus dans de l’eau froide et balancer ça sur le feu pendant vingt minutes, c’est ça votre révolution? Les Français, fins gastronomes, délicats, sophistiqués et chics, se laisseraient dicter la révolution dans l’assiette PAR LES AMÉRICAINS? Et vous avez toujours le droit de vote? Vous me faites peur.

Assurer que le «one-pot-pasta» est une invention extraordinaire et révolutionnaire, c’est comme expliquer à un Italien que, boire du Tang, c’est bien meilleur que boire un jus d’oranges siciliennes pressées à l’instant. Dans le meilleur des cas, tu passes pour un comique; dans le pire, tu finis au fin fond de la Méditerranée accroché à un parpaing.

J’aimerais donc mettre les points sur les i une bonne fois pour toutes: vous pouvez bien tenter d’empoisonner qui vous voulez dans votre cuisine mais laissez l’Italie, les Pouilles, ses étendues d’oliviers argentés, ses champs de blé blonds et dorés, sa mer turquoise, ses poissons, ses trulli, ses fruits de mer et ses falaises blanches, Padre Pio, ses pêches juteuses et ses figues de barbarie en dehors de ce délire général.

Et si seulement cette mode s’était arrêtée aux blogs, mais ils en ont faitdes livres de recettes. Des livres de recettes! Mais vous avez vraiment besoin d’une recette pour faire ce truc? Parce que, «flanquer dans la casserole tout ce qui te passe sous la main», ce n’était pas suffisant comme explication? Il faut un LIVRE DE RECETTES? C’est quoi la prochaine étape? une bande dessinée? une sitcom? la légion d’honneur au «one-pot-pasta»?

Martha est sans doute allée dans les Pouilles, et il est même fort possible qu’elle ait vu des pâtes cuire dans un bouillon avec d’autres ingrédients. Sauf que Martha (le soleil d’Alberobello a du lui taper sur le système) n’a strictement rien compris à ce qu’elle a vu, et vous raconte n’importe quoi depuis des mois désormais. Le «one-pot-pasta» deviendra un exemple d’hérésie collective dans les livres d’histoires, vous verrez. Vos petits-enfants vous jugeront.

Donc je veux bien déchiffrer ce que Martha a vu dans les Pouilles et qui pourrait expliquer cette perversion qu’est le «one-pot-pasta», mais il va falloir promettre de ne plus jamais insinuer que cette horreur vient des Pouilles, sinon je jure que je viendrai vous chercher dans ta cuisine et vous traînerai jusque chez ma mère pour que vous lui demandiez pardon.

Plusieurs possibilités, soit elle a vu une pastina in brodo –soupe de pâtes dans un bouillon–, soit elle a vu une pasta risottata ou semi-risottata –façon risotto–, soit elle a vu une sorte de minestrone, soit elle se drogue –ce qui me semble encore l’option la plus vraisemblable.

Pour la soupe de pâtes, c’est très simple, il faut faire un bouillon avec des légumes, de la viande, ou un fumet de poissons, puis une fois que l’eau bouillonne à grands plocs-plocs, on fait cuire la pastina —petites pâtes— genre langues d’oiseaux, coquillettes, petits papillons. On sert la pastina dans une assiette creuse avec deux louches de bouillon, un petit tourbillon de parmigiano reggiano ou de pecorino, et on déguste la pastina in brodo bien chaude un soir d’hiver. Si vous êtes un peu enrhumé, c’est encore meilleur, ça guérit tout.

Pour la pasta risottata, ça demande un peu plus de concentration. Les pâtes sont effectivement préparées avec les autres ingrédients, ceux que vous voulez, mais sont cuites tel un risotto, quelques minutes seulement, et à l’aide de louches de bouillon ajoutées progressivement jusqu’à obtenir des pâtes al dente. Pas d’eau froide, et surtout pas vingt minutes de cuisson. On peut faire aussi une pasta semi-risottata, en faisant la sauce d’une part, les pâtes dans l’eau bouillante d’autre part, qu’on retire trois-quatre minutes avant le temps indiqué pour finir la cuisson dans la sauce, en y ajoutant petit à petit de l’eau de cuisson des pâtes. C’est ce qu’on appelle la mantecatura, ça donnera un résultat extraordinaire: des pâtes al dente et une sauce bien crémeuse.

Et pour finir, le minestrone, recette sacralisée par Pellegrino Artusi au XIXe siècle dans l’ouvrage de référence de la cuisine italienne La scienza della cucina e l’arte di mangiare bene –un chef-d’œuvre– se réalise grace à un «soffritto» de carottes, céleris et oignons revenus dans de l’huile d’olive et du beurre, puis successivement tous les autres légumes, un par un, lentement et chacun leur tour, jusqu’à les couvrir d’eau et les laisser harmonieusement cuire tous ensemble pendant une bonne trentaine de minutes. Dans les Pouilles, on aime à la fin de la cuisson ajouter dans le minestrone bien chaud des petites pâtes ou du riz, afin d’en faire un plat unique, riche, copieux, nourrissant, et qui calme les faims les plus gargantuesques.

Vous voyez: de l’eau froide nulle part, des pâtes al dente et du bonheur partout.

Non, parce que, les Italiens, ça fait quoi? dix mille ans qu’on explique que les pâtes se cuisent dans l’eau bouillante pour qu’elles soient bien al dente? Parce que c’est plus digeste et moins calorique. Qu’est-ce qu’il faut qu’on fasse pour être pris au sérieux? Il faut qu’on engage Oprah Winfrey? Barack Obama? Vous imaginez Andrea Pirlo manger des pâtes trop cuites, vous?

Vous cuisez trop les pâtes et ensuite vous vous étonnez d’être allergiques au gluten, à l’air, à la joie, à la vie. Si vous avez mal au bide en mangeant des pâtes, ce n’est pas à cause du gluten, c’est parce que vous bouffez vos pâtes trop cuites. Si vous grossissez en mangeant des pâtes, ce n’est pas à cause des pâtes, c’est PARCE QUE VOUS BOUFFEZ VOS PÂTES TROP CUITES.

Que je ne vous y reprenne plus. Je ne plaisante pas avec la food culture.

A presto.
Floriana

Article publié sur Slate.fr

28 responses to “Le One-Pot-Pasta n’est pas (du tout) une recette italienne.

  1. Massilian

    Très chère Présidente du Comité International de Défense de l’Eau Bouillante et de la Pasta al Dente, il me semble indispensable que les camarades de Slate.fr se remuent les neurones, enclenchent la traduction immédiate dans la langue de Donald Trump et diffusent largement ton appel à l’insurrection dans le Slate.com afin que ta parole s’infiltre dans les cuisines américaines et que l’ idée « géniale » de madame Martha finisse dans la poubelle appropriée du tri sélectif. Baci.

  2. Guil

    Cette Martha Stewart a déjà fait de la prison, 5 mois pour fraude financière. Il faudrait peut-être l’y renvoyer pour sa responsabilité dans cette mode.

  3. Claude

    Bravo.
    Je ne suis pas italienne mais j’adhère en tout point

  4. C’est ce que Pierre -de la région voisine la Basilicata- claironne tous les jours et pour les mêmes raisons : al dente, sempre al dente sauf à être disgraziato par la mamma (pace ha il suo cuore) ou du Padre Pio …excusez mon italien approximatif

  5. Sylvie

    Bravo!
    En effet, il faudrait l’écrire dans la langue de Shakespeare, et innondé les réseaux sociaux!

  6. Elena

    Floriana sei magica. Leggerti è un vero piacere. Difendere la cucina italiana è una guerra quotidiana. Ho vissuto in Belgio, adesso in Francia, una vera catastrofe. M

  7. Elena

    Ti ringrazio comunque per la tua lotta per difendere la nostra cultura culinaria. Continua sei perfetta.
    Baci da Parigi

  8. rosemarie

    entièrement d’accord!
    en même temps , si des gens sont assez crétins pour croire que ce machin est une recette de cuisine italienne n’ont-ils pas mériter de manger ces pâtes trop cuites et insipides en s’imaginant être à la pointe de l’innovation culinaire?????
    leur ventre gonflé et douloureux saura bien les punir de ce sacrilège :-)

  9. J’avoue que cette mode débile de ‘one pot pasta’ m’énerve depuis quelques temps. J’ai d’ailleurs pondu un billet à ce sujet avec une recette du Salento qui pourrait y ressembler. Pour le reste que M.S. retourne en prison pour crime de lèse-cuisine.
    Merci d’être revenue avec de nouveaux billets, d’ailleurs ce soir chez nous c’est pasta carbonara, au guanciale et pecorino!

    http://www.foodstyling.be/blog/soupe-aux-haricots-borlotti-pommes-de-terre-et-celeri/

  10. Ha ha ha ! très bien dit ! Bravo ! Ce samedi matin, je découvre sur FB, une vidéo de 2 blogueurs cuisine français qui ont fait une démonstration sur le miraculeux ONE-POT-PASTA récemment et ils se régalent et invite la France entière à refaire ! Tant mieux … comme ça si je les invite chez moi un soir, je n’aurais pas à leur préparer ni à les forcer à manger des pâtes à ma sauce BOLOGNESE RAGU qui m’a pris 6 heures à préparer, si c’est le ONE-POT-PASTA qu’ils aiment, eh bien c’est ce que je leur préparerais ! Je vais garder la bolognese (que je posterais avec les ingrédients e et les instructions bientôt) pour vous plutôt chère Floriana … :)

  11. Aaaaaah j’ai trouvé ! il faut remplacer « POT » par « POUBELLE » …. là je comprends mieux ! On fait une vidéo ensemble pour partager ? LOL :)

  12. Le René

    Prête à tout pour faire le buzz, cette dame n’a pas hésité à nous servir son « One-Pot-Pasta  » comme une révolution ! Je conçois que l’on peut évoluer et faire évoluer sa propre cuisine: ça s’appelle l’esprit d’ouverture.
    Je suis d’origine espagnole et malgré cela, je défends haut et fort cette cuisine italienne qui est pour moi une des plus abouties au monde parce tout simplement généreuse et faite autour de l’amour qu’il soit familial ou autre . Si tu aimes un tantinet les gens qui t’entourent, vous ne leur serviriez certainement pas cette « soupe de couillon » !!! Allez madame gardez donc votre recette de « bouillie » pour votre animal de compagnie (quoique) et laissez place aux gens de vérité faire de la vrai cuisine. Vous n’en êtes pas digne aujourd’hui

  13. Juliette

    Chère Floriana,

    En passant, comme tous les soirs, devant une célèbre librairie parisienne, qui étale sur ses tables extérieures les dernières parutions culinaires étiquetées « prix de lancement », j’ai été stoppée net devant ce bidule à pâtes et, ne riez pas, je me suis demandée ce que vous pourriez bien en penser. Je suis donc hyper heureuse de vous lire, là, mais tellement!

    Merci pour ces vérités toutes simples. Continuez donc à les asséner à coup de fourchette,
    c’est un plaisir de les lire, non seulement parce que je suis une ayatollah des pâtes très assumée, mais aussi parce que je le sais bien: les pâtes ne font pas grossir, elles se contentent d’apporter du bonheur, et j’aime que les gens soient heureux.

  14. Mr. Villaine

    Pas le courage d’affronter ta mère, je n’y gouterai jamais, promis.

  15. Jean-Louis

    Mais quel bonheur de vous entendre défendre l’obscurantisme culinaire, combattre la paresse et la médiocrité avec tant de simplicité. Pour paraphraser Cocteau, « le drame de notre époque c’est que la bêtise de soit mise à cuisiner »…
    Bravo pour votre enthousiasme et votre humour si communicatifs, je vous encourage à continuer pour faire vivre cette belle et lumineuse cuisine italienne.
    Jean-Louis

  16. Mata

    Ah ah ah !!! J’ai rit en te lisant, j’ai repensé à notre discussion sur twitter au sujet de cette hérésie . Je te rassure, j’ai pas tenté cette saleté, ça serait une perte de temps et du gâchis, puisqu’il faudrait, au final, tout foutre à la poubelle .

  17. C’est Martha Stewart qui a encore sévi, le mentor de l’Américaine côte Est issue de la moyenne bourgeoisie, elle a même un magazine à son nom. Son one-pot-pasta, elle a dû le récupérer en passant en Chine ou au Vietnam, avant de transiter par les Pouilles. On dirait un hot pot ou une fondue à l’envers : on balance d’abord les ingrédients dans le pot avant d’amener l’eau à ébullition. Ni père, ni mère. Ni chair, ni poisson. Une hérésie.

  18. Simone

    Mais tout à fait ! quelle hérésie ! On en a pendu pour moins que ça ! je dois dire que j’attendais une réaction suite à la vidéo de la one-pot-carbo publiée sur le démotivateur. En plus, on parle de toi dans un journal tout ce qu’il y a de plus sérieux en Suisse Romande !
    http://www.letemps.ch/societe/2016/04/12/carbonaragate-c-italie-qu-on-assassine

    Vers la fin.. sympa non ? Tu es célèbre maintenant ;-)
    Un bacio

    Simone

  19. Merci du fond du coeur. Je découvre ton blog grâce à une amie qui vante les mérites de tes lasagnes mais là… tu me fais las plus grande des joies. Des mois que je lutte, à réprimer mon envie de rire ou de hurler en voyant des « one pot pasta »… et par faiblesse, je commençais à me demander si…. je ne préfère pas aller plus loin… bref je viens de lire ton article, tu prêches une convertie et jamais ! jamais ! jamais plus cette idée me traversera l’esprit. Alors merci du fond du coeur d’avoir sauver mon âme de cuisinière :)

  20. Tania

    J’ai une question : les Italiens mangent-ils des pâtes complètes?
    Parce qu’on nous bassine avec le fait qu’il faut choisir des pâtes complètes mais je n’en ai point vu des Barilla ou des De Cecco et encore moins des Viello!
    QUE FAIRE? Renoncer? Se tourner vers d’autres marques? (perso, j’ai trouvé des Delverde et des Garofalo complètes mais je veux ton avis)

    • Floriana

      Les Italiens mangent de plus en plus des pates complètes, personnellement j’adore ça ! Vous devriez pouvoir trouver la ligne « Integrale » de Barilla qui est excellente, sinon celles de Del Verde doivent se valoir. J’aime moins Garofalo qui a été racheté par Ebro Foods (le groupe espagnol propriétaire de Panzani et Lustucru) et qui a baissé en qualité je trouve. Voilà !

      • Tania

        Merci beaucoup!! Je vais chercher les Barilla dans les magasins italiens de ma ville. Sinon, j’ai vu que De Cecco avait un e-shop et un vaste de choix de pâtes complètes!

  21. Bonjour Floriana,
    Je découvre ton blog après avoir publié aujourd’hui ce billet, sur le même sujet : http://delphinn.com/one-pot-basta/
    Un lecteur m’a laissé le lien vers ton article remarquablement écrit et je découvre en même temps tout ton univers.
    J’adore, je vais te suivre désormais !
    Je suis ravie de voir qu’il reste des gens censés sur cette terre. C’est rassurant !
    A bientôt !
    Delphinn

  22. Doumic

    Merci merci merci !!! Et viva Italia !

  23. Hakaan

    je suis rassuré de lire cet article, je trouve toujours ça hallucinant comme en 2015/16 la médiocrité et les aberrations arrivent à faire du chiffre, ça fait 4000 ans que l’on mange des pâtes et qu’elles sont déclinées à toutes les sauces de l’europe à la chine en passant par le japon les US etc et une connasse arrive et « invente » le « je jete tout dans l’eau avec des pates et je fais réduire c’est merveilleux je suis une genie » et on se retrouve avec un tas de perroquets qui colportent cette connerie comme l’invention du siècle,
    alors faudra m’expliquer ce que ça apporte de plus que ce qui existe déjà:
    _on utilise un seul accessoire, bon ok ça a un aspect pratique, mais ça un enfant de 5 ans l’aurait fait spontanément
    _le jus de cuisson des pâtes permet de faire une simili sauce, mouerf c’est franchement pas ragoutant cette espèce de texture gluante
    _on économise de l’énergie : bon certes, mais ca c’est idem c’est du niveau d’un enfant de 5 ans et ça n’a rien a voir avec de la cuisine

    donc voila en gros madame connasse nous ressort un plat du genre de ceux que l’on fait en prison dans une vieille boite de concerve ou à l’armée au milieu de la foret parce qu’on a absolument rien sous la main, et un tas de gogoles applaudissent, et encore mieux que ça ils nous en font des recettes,
    sont plat aurait pu s’appeler « soupe de pates réduite » ou « pot au feu avec des pates » ou encore « ramen dégueulasses avec des pates conventionnelles », enfin je veux dire la pov fille elle a rien inventé, elle a juste repris des concepts qui existent déjà et en a enlevé tout ce qui fait que c’est bon et travaillé,
    quand j’étais étudiant que j’avais qu’une plat électrique pour me faire à manger durant les 30min de pause cela m’arrivait de faire des ignominies du genre pour avoir un semblant de repas complet, mais c’est tout bonnement dégueulasse, les aliments sont bouillis, insipides, décomposés, le fait qu’ils ne soient pas cuits correctement fait que l’on se retrouve avec des morceaux, ce qui ne va pas du tout avec les pâtes,
    le jus des pâtes qui a réduit c’est tout gluant avec en plus un arrière gout d’amidon, faut quand même avoir un grain pour aimer ça, alors le tout mélangé, les pâtes glaireuses avec les morceaux d’aliments détruits à l’eau hmmmm miaaammmmm mais oui quelle merveilleeee, je m’en rappelle encore de cette horreur, il faudrait me payer pour que j’en remange, et grassement, alors quand je vois qu’une abrutie en a fait des recettes je me dis c’est pas possible on croit rêver

Répondre à maison_rouge Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>