Napule è ‘nu sole amaro

Sabrina, tu veux bien nous parler de Naples ?

La baie de Naples

Je pourrais le faire pendant des heures… tu te doutes bien, cher lecteur, que j’ai sauté sur la gentille proposition de Floriana pour te faire découvrir ce que j’ai dans mon coeur. Oui parce que Naples, c’est ma ville de coeur.

Je n’y suis pas née (attention j’ai tout de même 50% de mon patrimoine génétique qui vient de l’Italie du sud) (j’y tiens) mais j’ai eu l’occasion de l’arpenter des dizaines et des dizaines de fois avec un guide du cru cher à mon coeur.

Par où commencer ? Comment faire pour être certaine que lorsque tu te baladeras dans ses ruelles, lorsque tu t’emerveilleras devant ses places et ses églises, tu ressentiras aussi l’âme de cette ville et de son bienveillant menaçant magnifique Vesuvio qui surveille la baie ?

Naples, pour moi c’est d’abord un joyeux bordel ! Mais attention un bordel organisé ! Le bordel typique de l’Italie du sud que j’aime.

À quatre sur une Vespa ? Pas de problèmes. Un taxi qui fait passer Sami Naceri pour un gamin de 5 ans à tricycle ? Pas de problèmes. La merveilleuse pizza margherita à 3€ ? Pas de problèmes. Risquer ta peau tous les 100 mètres ? Pas de problèmes non plus (no risk, no fun, hein) (détends-toi ça va bien se passer).

Napoli c’est le concentré de tout ce que l’Italie fait de mieux et de pire.

Mais commençons par mon sujet favori. Manger !

La pizza est une reine dans tous les sens du terme. C’est Margherita. Tomate, Mozzarella, Basilic. Et surtout des milliers de napolitains qui se disputent la meilleure façon de réaliser une pizza margherita. Si pour toi, c’est synonyme de tout et n’importe quoi dessus, laisse tomber et continue de commander chez Pizza Hut.

Si tu es curieux et respectueux, tu croques dans la margherita (orgasme assuré) ou sinon la marinara. Quoi, une pizza avec juste de la tomate et de l’origan ?

Ben oui. C’est comme ça et c’est bon.

La plus fameuse est à la Pizzeria Starita située dans le quartier de Materdei.

Mais maintenant que tu sais qu’en Italie, les choses les plus simples sont les meilleures parce que chaque détail, chaque ingrédient est sélectionné avec soin, tu ne peux pas aller à Napoli sans goûter la véritable mozzarella di bufala. Laisse tomber la Galbani. C’est comme comparer du foie gras et de la saucisse à tartiner. Pour moi c’est l’or blanc de Naples. Je pourrais m’en injecter en intra-veineuse. Je te parie que tu reviendras et toute l’année tu te souviendras de cette petite boule blanche lisse, brillante et laiteuse, avec une petite larme à l’oeil pour ce goût jamais retrouvé depuis.

Napoli, c’est aussi les “babas”, arrête-toi dans une pasticceria et goûte, c’est subtil, c’est souvent aromatisé au  limoncello, bref, tu vas voir Napoli et tu vas pouvoir mourir après, mais avant ça surtout SURTOUT goûte un baba.

Pour finir sur le registre culinaire, je vais te confier mon petit secret. Prends-en bien soin. Trois mots : Linguine al cartoccio. Tu aimes les fruits de mer ? Fonce alors chez Bellini (piazza Bellini, pas compliqué). Je te laisse découvrir le secret de la cuisson au cartoccio … Intrigant mais après c’est comme une drogue, tu ne pourras plus t’en passer.

Ensuite ? Bah faut bien se balader pour digérer !

Laisse ton plan dans le sac, tu vas passer pour un touriste et te faire détrousser au premier coin de rue. Tu marches, tranquillement, tu observes discrètement les us et coutumes des locaux. Tu regardes les petits gamins qui jouent et qui mangent leur gelato, tu t’arrêtes prendre un caffè (tu peux aller chez Gambrinus, mais alors au comptoir, tu te jettes ton petit noir et tu continues ta promenade).

Tu arpentes Spaccanapoli, la rue qui coupe Naples en deux. Et aussi le quartier espagnol. Tu traînes sur le lungomare (le front de mer) et tu contemples le coucher de soleil et le Vesuvio.

En te promenant, si tu vois des ordures, « a munezz’’ » comme ils disent en dialecte, ce n’est pas grave. Il ne faut pas s’attarder là-dessus et surtout ne pas TIRER DE CONCLUSIONS HATIVES. Oui, ça fait aussi partie du charme de la ville et du bordel organisé cité plus haut. Oui, ce que l’Italie fait de pire et de mieux, voilà.

Tu n’es pas une grenouille de bénitier ? Moi non plus. Et pourtant découvrir les trésors architecturaux des 1001 églises de la ville, c’est juste une bonne dose de « WOW » (et de belles photos pour épater les potes au retour).

Si vraiment tu dois te forcer alors ne visite qu’une seule église, la Cappella San Severo et un des trucs les plus incroyables que j’ai pu voir dans ma vie : Il Cristo Velato.

Avec un peu de temps, il faut sauter dans un bateau, pour aller à Capri. D’accord, c’est hyper bling-bling en haute saison et pas franchement agréable, mais en dehors des périodes de pointe, c’est juste calme et volupté. Emprunte la via Krupp pour descendre jusqu’à la mer et chausse des baskets pour aller voir la Villa Malaparte et il salto di Tiberio.

Ne néglige pas Anacapri, de l’autre côté de l’île. Un petit bijou.

Pour finir, j’aimerais te faire écouter cette chanson de Pino Daniele sur Napule (le nom de Naples en dialecte). Elle est en napolitain, mais ces paroles si justes décrivent bien l’atmosphère de la ville.

Napul’è – Pino Daniele

Divertiti a Napoli !
Sabrina

Et quelques adresses encore… :

Pour les pizzas aussi :
Pour manger sur le pouce des sartù di riso et des fritatte :
Pour manger en terrasse avec une vue à couper le souffle à Mergellina :

5 responses to “Napule è ‘nu sole amaro

  1. Ca doit faire au moins 20 ans que je ne suis pas allée à Napoli et pourtant ce n’est qu’à une 100aine de kms de chez moi. J’ai trop envie d’y aller… <3

  2. Sublime article.

    Tu me permettras d’ajouter niveau culinaire les Sfugliatelle. On ne peux pas aller à Naples, et ne pas manger un bon Sfugliatelle (Sorte de chausson feuilleté en forme de coquillage fourré de ricotta et fruit confis). Et pour ceux qui n’ont pas peur des calories, je conseille aussi une bonne Pizz frite (désolé pour l’orthographe) qui est en faite une calzone mais cuite à la friteuse.

    Concernant les visites, si vous etes à Naples en pleine saison, zapper Capri, et allez visité la petite Ile de Procida. Vous vous retrouverez dans une ambiance authentique, à déambuler dans des petites ruelles au milieu de maison multicolore et à chaque coin de l’ile plusieurs petits ports de plaisance. Sans oublier aussi les nombreuses petites églises dans les ruelles. Magnifique.

  3. Et rien sur le Sfogliatelle (les meilleures chez Attenasio à mon humbe avis)? Pas de Procidia ? Pas de Caravaggio ? Rien sur le Gesù Nuovo ? Non ce ne sont pas des reproches. Juste une manière de dire qu’un site et une vie ne suffisent pas pour découvrir et parler de Napoli. :)

  4. Selon moi, oubliez Capri surtout au moment des vacances. Allez plutôt à Ischia ou Procida, les deux autres îles de la baie de Naples.

  5. bonneau

    Pourrais-je avoir la recette des sfugliattelle ?
    D’avance merci beaucoup Floriana

  6. Hello ! Je suis à Naples quand je lis ce billet. Merci pour les adresses, et les babas, ils me laissent baba ! Deliciozo !
    Les concerts de Klaxon sont magiques …

  7. Ti amo Napoli ! Je note les adresses pour ma prochaine visite de cette ville qui me tient tant à coeur.

  8. Rétrolien : napoli | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Abonnez vous